Publié par khanoussis le

Phase 1 : Connaitre le contexte projet
Dans l’article précédent, nous évoquions les étapes qui pour nous étaient essentielles à la bonne gestion d’un projet. Aujourd’hui, nous allons donc nous attarder sur comment bien démarrer un projet. Cela commence par la bonne connaissance de son contexte et, par extension, par la bonne connaissance du client et de son activité.
Pourquoi est-ce que cette étape est primordiale ?
Lorsque l’on s’attaque à la digitalisation d’une activité, la compréhension du contexte et de l’activité en elle-même (l’environnement) n’est pas une option. C’est une obligation. L’environnement entourant le projet existe et continuera d’exister, même une fois « digitalisé ». Il est donc le fil rouge d’une digitalisation réussie, en prenant en compte ses contraintes ainsi que l’impact prévu des changements.

Plusieurs questions doivent absolument être posées :
Comment les équipes de notre client travaillent-elles actuellement ? Comment veulent-elles travailler à l’avenir ? Quelle est la culture de l’entreprise ?
Quels sont les bénéfices attendus ?
Quels seront les impacts du projet sur les équipes tant pendant sa mise en œuvre qu’après sa mise en place ?
Est-ce que le projet s’inscrit dans une démarche plus globale, dans un grand programme de restructuration de l’activité ?
Comment le projet est-il accueilli par les équipes qui vont participer au projet, de près ou de plus loin ?

Les réponses apportées, améliorant notre connaissance du client, nous permet de nous adapter plus facilement et de proposer une méthodologie et une organisation adéquate. En prenant en compte tous ces éléments, nous pouvons proposer des solutions ou conseils facilitant l’accompagnement au changement car plus inscrits dans la culture du client. L’acceptation du projet par ses équipes sera également plus aisée, car la méthodologie adoptée s’inscrira dans la continuité des projets auxquels elles ont déjà pu participer.
De cette manière, nous pouvons apporter des conseils avec une véritable valeur ajoutée, sur mesure !
En résumé, afin d’apporter le conseil le plus adapté, que ce soit sur l’aspect technique, fonctionnel ou opérationnel du projet, il est primordial de connaitre le périmètre et le contexte au plus tôt.

Comment connaitre le client ?

A cela, pas de mystère. Nous mettons un point d’honneur à aller sur le terrain, à visiter les usines et lignes de production et surtout, à rencontrer les équipes impliquées (IT, Opérationnels, Management…).
Comme toujours – et cela n’est pas uniquement vrai dans la gestion de projet – la communication est essentielle. C’est un point sur lequel nous réinsisterons encore à toutes les étapes. L’organisation de temps d’échanges et la validation du travail accompli à chaque étape est le meilleur (le seul ?) moyen de bien se connaître.
Attention toutefois, le but n’est pas d’avoir une connaissance parfaite de l’entreprise. Il s’agit de tracer les grandes lignes et d’identifier les potentiels points durs. Il est normal, à l’issue de cette étape, de ne pas avoir l’ensemble des solutions fonctionnelles et techniques à apporter. Mais il en résulte un référentiel de travail commun entre toutes les parties prenantes du projet.
Munis de ce précieux guide, nous pouvons entrer sereinement dans la deuxième « phase » du projet, sa définition. Nous l’aborderons dans le prochain article.
Avons-nous oublié des points, des conseils sur cette partie du projet ? Nous serons ravis de lire vos commentaires !

Catégories : Par défaut